Vous êtes ici : Accueil » Expositions » Trésors d'archives... » Une mystérieuse lettre des Indes

Une mystérieuse lettre des Indes

En 1847, le maire de Saint-Cassin reçoit une lettre l'informant que les Dubonnet de sa commune sont les héritiers d'un supposé roi des Indes orientales.

Fabuleux héritage ou fabuleux canular ?

 

Agrandir l'image

Les archives des communes sont des documents souvent méconnus et qui ne reçoivent pas toujours toute l'attention qu'elles méritent alors qu'elles contiennent tout un tas d'histoires petites et grandes mettant en scène les habitants et leurs administrateurs. En voici une qui est sans aucun doute un énorme canular, mais qui a suscité beaucoup d'émoi parmi les habitants de la commune de Saint-Cassin. Nous sommes au début de l'année 1873 quand Alexis de Jussieu, archiviste du département, est informé d'une bien curieuse affaire, concernant une lettre disparue des archives communales de Saint-Cassin. Cette lettre concerne un soi-disant héritage, tout aussi fabuleux que mystérieux. De quoi s'agit-il exactement ?

Le 2 juin 1847, Jean-Jacques Rouzières, alors maire de Saint-Cassin, reçoit une lettre écrite à l'encre rouge. Elle serait envoyée par le secrétaire du Trésor des Indes. Datée du 3 janvier 1847, cette missive l'informe que les Dubonnet de sa commune sont les héritiers d'un certain Antonioz Dubonnet, devenu en son temps roi des Indes Orientales. Celui-ci est mort en 1711 sans héritier direct, son unique fils « Lauria » étant tombé sur le champ de bataille contre les « Hollanlots ». Le montant de la succession est bien sûr impressionnant : 67 Millions.

La lettre a été postée en France, par un certain Lord Wilson, mandaté par le gouvernement indien. Elle invite le maire à dresser la liste des héritiers potentiels. Elle annonce également la visite vers le mois de septembre 1847 d'un envoyé extraordinaire, qui devrait arriver en Savoie après avoir séjourné sept mois en mer. Le maire prévient donc les Dubonnet de sa commune et 210 héritiers potentiels se manifestent rapidement... Lire la suite de l'histoire

Transcription

Texte de la lettre des Indes telle qu'elle est transcrite le 5 novembre 1858 sur le registre du Tabellion. Conseil départemental de la Savoie, Archives départementales, 10 FS 1238.

"Pour mettre à la poste, an France, monsieur Monsieur le maire de la commune de Saint Cassin, près de la drière montagneuse, Chambéry en Savoie.

ST Geonnata, Inde Sinais, janvier.

Monsieur le Maire, il y a environ quinze ans que nous faisons des actifs et vaines recherches pour trouver les nommé Dubonnet aquit appartiendrait une immense succession qu'it entre les mains du Gouvernement indien et déposé depuis 75 ans par S.M.R. Antonios Dubonnet décédé le 6 juillet 1711, roi des Yndes oriental, son fils le prince Lauria mort sur le champ de bataille des hollanlot faisant droit au dernières volontés de son ylustre pères quil par son testament du trois mars 1711 a légué à ses plus proches parens qu'il prétend avoir laissés fort jeune à Saint Cassin sous la drière montagneuse coline cachés par des hautes montagnes, le testament ayant était presque effassés : ce ce qu'il nous empechés à publier le veu exacte du grand testateur. Les journaux irlandais et ceux de plusieurs autres grandes puissance nous on fournis des renseignement tout à fait yu exacts, car plusieurs Dubonnet se sont présentés, se disant héritier légitime du grand roi. Mais nous venons par la grasse de Dieu faire une découverte très importante qui probablement nous metras sur la voix des héritier légitime. Nous prions le représentant de cette coline de Saint Cassin de vouloir pour l'yntéret de ses soumi héritier faire relever les nom Dubonnet depuis la 1ère généalogie s'il en existe réellement. Un envoyé extraordinaire se transportera en Savoïe aussitôt les obstacle vinqu partira au plus tard vers le mois de septembre 1848 et arrivera en Savoie sest mois après avoir séjourné en mer le tems nécessaire pour faire le long et pénible voyage. En attendant nous proffiton du Lord Vuilson qu'il faira partir la présente invitation depuis la France proche de Savoie au nous arrétant en repos sur l'exacte confiance que nous avons de votre ylustre intermédiaire nous espéront aussi que Monsieur le représentant de St Cassin voudra s'informer de toutes les recherches au fin de n'avoir auqu'un doute sur la bienheureuse découverte que nous avons acquit depuis peu, enfin de pouvoir mettre en éxécution le dernier veux de S.M.R. qu'il a laissés la somme de soixante sept millions et les intérêts pour des parents jusqu'à présent inconnus.

Fait à ST Georillata Ynde La Suoioux le 3 janvier 1847".

Lorsqu'il rédige  son rapport, Me Blanc, qui visiblement a la lettre des Indes sous les yeux, note : «  La taxe postale 18 (sols) traverse l'adresse ; elle est à la l'encre noir. Le cachet en cire rouge, qui la fermait, ne permet pas, pour sa partie restante, de dire s'il portait une empreinte quelconque. Sur l'adresse à l'encre rouge, comme toute l'écriture de la lettre, on lit : Monsieur le Maire de la commune de Saint-Cassin, près de la déerre montagne, Chambéry en Savoie ». La lettre se conclut ainsi : « Pour copie conforme en français par le secrétaire du Trésor de l'Etat. Signé : Bat-Ahlsioz. Fait à Géorinata Inde la Sinaïs le 3 janvier 1847 ».

Archives départementales de la Savoie

244, quai de la Rize
73000 Chambéry

Département de la Savoie

Château des Ducs de Savoie
CS 31802 - 73018 Chambéry Cedex