Eglises et chapelles de Savoie et Haute-Savoie
Auteur : Services d'archives communales

Page suivante

Eglise Saint-Nicolas de Cluses

L'église Saint-NicolasL’église Saint-Nicolas est l’une des 3 églises que compte la ville de Cluses (la seconde étant celle de la Sardagne et la dernière, celle du faubourg Saint-Nicolas rendue à la vie civile depuis 1847 et aujourd’hui bâtiment privé).

A l’origine chapelle du couvent de Franciscains (appelés aussi Cordeliers), installés à Cluses en 1471 pour " y chasser l’hérésie " dans la vallée de l’Arve, l’église Saint-Nicolas que l’on connaît aujourd’hui n’a été construite qu’au début du XVIe siècle. La Révolution française, après avoir expulsé les religieux, transforme la chapelle en Temple de la Raison ; elle servira également de magasin à grains, fourrages et bois. En 1844, après le grand incendie qui ravage le bourg de Cluses, le couvent et sa chapelle, épargnés parce que isolés du bourg, servent de " logement de secours " aux victimes démunies.

En 1847, la chapelle retourne à la vie religieuse en devenant église paroissiale après la désaffection de la vieille église du faubourg Saint-Nicolas. Quant au couvent, devenu propriété communale, il abritera l’école d’horlogerie et la mairie avant d’être démoli en 1899. Sur une partie de son emplacement est construit l’actuel hôtel de ville.

Au cours du XXe siècle, l’église subit diverses modifications. La plus conséquente est celle du début des années 1960 : la ville de Cluses entreprend d’importants travaux de réparation et de rénovation, confiés à l’architecte Maurice Novarina. Ce dernier a profondément transformé l’intérieur du bâtiment. L’intérêt de son travail a été de retrouver la sobriété des lieux conventuels. Les images parlent d’elles-mêmes….

L'église avant les travaux de Novarina.- L'église Saint-Nicolas-de-Cluses après les travaux de Novarina

L’église, discrète derrière l’hôtel de ville, mérite le détour pour son architecture gothique et pour deux " curiosités " intérieures remarquables :

Le Bénitier, dans le Nice et Savoie (1864)Le Bénitier- le bénitier, du XVIe siècle, " ciselé comme une orfèvrerie " (R. Oursel) et classé Monument historique depuis 1904.

- les fonts baptismaux, pièce rapportée de l’ancienne église, qui portent l’inscription suivante (en latin) : " tel il a été placé au Ve siècle, tel il a été replacé en 1737 ", ce qui laisserait supposer que le christianisme est implanté dans la vallée de l’Arve depuis fort longtemps.

 

 

Florence POIRIER

 

Page suivante