L'agriculture dans les pays savoyards
Auteur : A. MARNEZY - Niveau de lecture : Tous publics

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

1 - Agriculture, activités traditionnelles et développement touristique

Les rapports entre l’agriculture et le tourisme ont longtemps été conflictuels. Aujourd’hui la tendance s’inverse et bon nombre d’exploitants tendent à prendre leur part de la manne touristique en s’appuyant sur le retour à " l’authentique ".

L’installation d’unités touristiques dans les montagnes de Savoie a parfois été vécue par les exploitants agricoles, utilisateurs séculaires de ces milieux, comme une intrusion et surtout une déstabilisation de leurs activités et une consommation de leurs espaces les plus chers, d'autant plus que les fonds de vallées propices à la culture étaient dans le même temps soumis au développement de l'urbanisation et des infrastructures de transports.

Pendant des siècles, le paysan savoyard a peiné sur des exploitations de petites dimensions, souvent morcelées et handicapées par la pente, le climat et l'altitude. L'agriculture d'autosuffisance ne pouvait, à elle seule, subvenir aux besoins de la population croissante des Savoie, obligée de chercher ailleurs de quoi vivre. Beaucoup d'exploitations continuèrent à vivre repliées sur elles-mêmes jusque dans les années 1960 où elles durent composer avec la vocation touristique des départements savoyards.

L’exploitant agricole s’est vite rendu indispensable à l’économie touristique en maintenant les paysages (alpages broutés,...) et le bâti ancien. Le " spectacle " des activités agricoles et pastorales traditionnelles attire de plus en plus le touriste citadin en mal de folklore.

Il n’en a pas fallu plus à grand nombre d’exploitants pour trouver là de quoi combler des revenus mis à mal par l’économie agricole générale. C’est ainsi que l’on trouve sur l’ensemble des massifs savoyards toutes sortes d’accueils et d’activités dans les exploitations : gites d'étape ou de groupe, accueil d’enfants, auberges, gôuters, promenade en âne ou poney, visite de fromageries et autres dégustations.

Développement touristique et agriculture traditionnelle à
Développement touristique et agriculture traditionnelle à Termignon (Haute-Maurienne)
Photo M.P. Hobléa.

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

 

Retour au sommaire du dossier