L'aventure architecturale des sations de sports d'hiver
Auteur : Jean-Pierre HARDY - Niveau de lecture : Tous publics

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

12. Les Arcs, été comme hiver

Roger Godino concevait son rôle plutôt comme celui d'un animateur que d'un simple promoteur. Avec les conseils de Robert Blanc, moniteur de ski et enfant du pays, il choisit soigneusement le site de la station des Arcs , s'en assure la maîtrise foncière au prix de quelques expropriations , en définit le fonctionnement sur la durée d'une année au lieu de s'en tenir à la période hivernale et recherche des modes de financement à long terme. L'innovation lui parait un bon argument de vente. Aussi va-t-il s'employer à stimuler la créativité des concepteurs, en entretenant un débat permanent entre plusieurs équipes d'architectes, dont l'Atelier d'Architecture en Montagne et des individualités fortes comme Bernard Taillefer, qui en devenant architecte n'a pas oublié qu'il était charpentier, et Charlotte Perriand qui poursuit sa quête d'un aménagement de l'espace rationnel et convivial à la fois, intégrant les techniques contemporaines.

Le résultat, avec une suite de bâtiments originaux implantés librement est incontestablement vivant. Le bois massif, employé de façon généreuse dans toutes les constructions assure l'unité d'aspect de groupements d'immeubles de conception très variée. La route maintient les autos en contrebas de la station . Une circulation piétonnière suivant une courbe de niveau traverse l'ensemble du site d'Arc 1600. Les bâtiments collectifs sont implantés dans le sens de la pente et se décrochent suivant le relief. Les façades sud sont inclinées pour dégager de larges balcons, ce qui entraine logiquement l'inclinaison inverse des façades nord. Le télescopage en plan de masse de Pierre Blanche, La Rive et La Cachette crée un point fort de la galerie marchande.

Arc 1800 comporte 4 "quartiers", d'une capacité totale de 15.000 lits. C'est dire la difficulté d'échapper au piège du "hors d'échelle". Essai réussi. A signaler particulièrement l'hôtel du golf dont les 300 chambres sont desservies par un système de rampes à faible pourcentage. La végétation préservée donne à la composition la qualité d'une cité-jardin.

Le point culminant est ta station d'Arc 2.000 qui a fait l'objet d'un concours entre trois équipes d'architectes. Pour sa part, Jean Prouvé a proposé un élément modulaire simple "la corolle" qui pouvait être mis en place rapidement sans détériorer le site, mais cette proposition séduisante n'a pas été retenue. C'est une massive citadelle, exploitant les systèmes de construction mis au point dans la tranche précédente, qui affrontera les rigueurs de l'altitude.

Jamais sans doute la religion du "vrai" n'a été suivie avec plus de scrupules. L'absence totale de volonté de décoration laisse apparaître les éléments de construction comme autant de nécessités que personne ne cherche à cacher.

Roger Godino

T et A N° 333 .dec 80

Page suivanteRetour au sommairePage précédente