L'aventure architecturale des sations de sports d'hiver
Auteur : Jean-Pierre HARDY - Niveau de lecture : Tous publics

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

13. Champagny-en-Vanoise, l'initiative locale

Champagny appartient bien au syndicat de la Grande Plagne, avec Aime, Macôt, Longefoy et Bellentre, mais adopte une démarche différente. En effet les champs de neige de Champagny, bien ensoleillés en hiver, sont complémentaires du reste du domaine skiable de La Plagne. II en est de même du glacier de Bellecôte. En revanche, sa position sur le versant sud et son accès par la vallée de Bozel sont prédisposés à réaliser la liaison avec les 3 vallées. La municipalité ne souhaite pas faire les frais d’une route qui accéderait en altitude à un nouveau satellite. Elle obtient en 1969 la réalisation d’un téléporté donnant accès à tout le domaine skiable de la Plagne, et s’engage à réaliser l’hébergement touristique au niveau de l’habitat permanent.

La commune a simplement mis en application son plan d’urbanisme. Elle fait son affaire de la négociation des terrains et lance l’étude d’un lotissement communal. Un document très précis définit le volume enveloppe réalisable sur chaque lot, après vérification sur maquette. La consultance architecturale veille à la cohérence de l’ensemble. La plupart des lots sont construits par des habitants de la commune, avec l’architecte de leur choix, en prenant le temps nécessaire. Certains interviennent comme promoteurs. La taille modeste des opérations était à la pointure des entreprises locales qui se sont renforcées. Outre les emplois directement liés au ski, toute la population se trouve impliquée dans les opérations d’aménagement , la gestion de l’hébergement et les commerces. L’apport financier des habitants sera ainsi réinvesti plusieurs fois à la faveur d’opérations successives, d’initiative privée locale ou communale qui, pour la plupart, ont respecté les règles de conduite du premier lotissement: Une architecture simple, s’inspirant du bâti groupé des villages, qui lui même est réhabilité.

Ce qui importe , c’est que ceux qui viennent en montagne voient d’abord la montagne et non l’architecture. Face à la montagne, nous devons conserver une grande humilité.

Laurent Chappis architecture Française n°389. Fev.75

Page suivanteRetour au sommairePage précédente