L'aventure architecturale des sations de sports d'hiver
Auteur : Jean-Pierre HARDY - Niveau de lecture : Tous publics

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

9. Flaine, sincère béton

Le promoteur Eric Boissonas, après un long séjour aux Etats Unis, décide de faire une opération qui, sur le plan de l'urbanisme et de l'architecture exprime franchement sa modernité et, rejetant toute idée de régionalisme, prenne rang dans la lignée de l'architecture classique. II lui fallait un site exceptionnel et un architecte rigoureux à qui il soit permis de ne pas être handicapé par le souci d'une rentabilité à court terme. II choisit l'architecte américain Marcel Breuer . Celui-ci imagine de construire en préfabrication lourde. A partir d'une usine installée dans la vallée de l'Arve, où sont réalisés les panneaux de béton , le chantier est approvisionné par téléphérique sur un dénivelé de 1.300 m. Faute d'avoir pu laisser aussi dans la vallée les automobiles, il les escamote en sous-sol ou dans des aires périphériques. La différence de niveau entre les trois parties de la station suivant la ligne des falaises est franchie par des ascenseurs obliques. De même tous les bâtiments sont desservis par une galerie technique souterraine. Le parti pris de traiter le phénomène urbain contemporain qu'est la station en adoptant une architecture franchement urbaine en rapport avec la haute technologie des équipements de sports d'hiver est maintenu avec force. Comme si cette architecture impeccable, un peu triste, cherchait à se faire oublier pour ne pas entrer en compétition avec le site. Le béton, qui reste apparent, est animé par la lumière jouant avec sensibilité sur les reliefs des panneaux de façades . Sa teinte se trouve en harmonie avec les falaises qui structurent le paysage de la station. La végétation existante a été soigneusement préservée. Une note de couleur et de fantaisie est apportée par les nombreuses oeuvres d'art modernes disposées dans les espaces publics.

Une extension de l'urbanisation est en cours sous forme d'un "Hameau scandinave", maisons de bois standardisées et coloriées. Elle illustre l'évolution actuelle du marché, en totale contradiction avec le parti pris à l'origine

L'étonnante unité architecturale de béton gris sorti des falaises environnantes est libérée des "effets faciles" du bois, mais combien froide d'aspect.

Denys PRADELLE T et A N° 333 dec 80

Page suivanteRetour au sommairePage précédente