Le gothique en Savoie et Haute-Savoie
Auteur : Michèle et Edmond Brocard - Notes

ABONDANCE, Eglise et peintures murales du cloître (H-S)

Ce monastère de chanoines réguliers de Saint-Augustin, fondé en 1108 par l’abbaye de Saint-Maurice-d’Agaune en Valais, va régner sept siècles durant sur cette vallée bien nommée. Les bâtiments en mollasse adossés aux flancs du Mont-Jorot abritent de nos jours la cure et la mairie.

L’église du XIIIe posséde de véritables arcs-boutants, elle conserve une nef mutilée défigurée par une façade néo-gothique, sept chapelles rayonnantes circonscrites par un mur extérieur semi-circulaire, qui se développent autour du déambulatoire et du choeur ponctué de fortes colonnes rondes. Elle renferme un siège abbatial à trois sièges et baldaquin du XVe.Le cloître, construit entre 1331 et 1354 sous l’abbatiat de Jean IV et orné de peintures murales, n’a conservé que les deux galeries sud et est. Il formait un carré de cinq travées voûtées d’ogives à moulures en amande dont les arcades secondaires offrent des remplages trilobés et rosaces avec de fines colonnettes rondes reposant sur un banc continu.La porte de la Vierge, du cloître à l’église, montre une Vierge à l’Enfant foulant aux pieds le dragon, couronnée par quatre anges, encadrée par les statues-colonnes de l’Eglise et de la Synagogue. Les fresques, d’un auteur inconnu, ont été restaurées en 1959 par Hyperman. Elles représentent, dans la galerie est, la jeunesse de la Vierge et, dans la galerie sud, son rôle dans la vie cachée du Christ.Les Noces de Cana offrent de charmants détails de la vie quotidienne au travers de paysages chablaisiens. Influencées par les primitifs italiens, on peut les dater du milieu du XVe siècle, du temps de l’abbé Guillaume de Lugrin.

Retour au sommaire du dossier - Retour à la liste des dossiers - Retour sur l'accueil de Sabaudia