Le gothique en Savoie et Haute-Savoie
Auteur : Michèle et Edmond Brocard - Notes

LA ROCHETTE, Eglise des carmes (S)

Non loin de là, à La Rochette, François de La Rochette et sa femme Béatrix, qui avaient vendu le château de Chambéry au comte de Savoie, firent élever en 1298 l’église de Notre-Dame-des-Prés avec hôpital et cimetière. En 1329, ils obtiennent du prieur de Saint-Jeoire l’autorisation de bâtir un couvent pour les carmes de Notre-Dame-du-Pré, alors que le comte Edouard de Savoie accorde des franchises à cette riche ville-neuve. En 1809, le splendide édifice du milieu du XVe siècle avec son vaisseau long, large et bas, clos par un chevet polygonal, devient église paroissiale, après avoir subi l’amputation de trois travées. Il n’en subsiste que l’ancien choeur de quatre travées voûtées d’arêtes, dont les fenêtres ont été agrandies au XIXe, et une travée de la nef centrale et des collatéraux, avec une série d’objets du XVe siècle, classés, les stalles, des panneaux peints, une série d’apôtres sculptés au XVIe siècle. Les ogives de mouluration s’apparentaient à celles de PONT-DE-BEAUVOISIN. En façade, on aperçoit toujours deux piliers carrés de la nef avec des départs d’arcs doubleaux. En 1517, Louis de Seyssel, gouverneur et régent de Savoie fit élever un magnifique mausolée de marbre noir avec son gisant et celui de ses deux épouses, Jeanne de Chalon et Anne de la Tour Boulogne, malheureusement détruit à la Révolution.

PHOTO N° 18 (vue d’ensemble)

Retour au sommaire du dossier - Retour à la liste des dossiers - Retour sur l'accueil de Sabaudia