La maison de Savoie
Auteur : André PALLUEL-GUILLARD - Niveau de lecture : Documents

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

AMEDEE III

fils d’Humbert II et de Gisèle de Bourgogne Ivrée né en 1080 (ou 1095 ?)  à Montmélian

successeur de son père en 1103, 7e comte

il épouse

d’abord Gertrude, fille de Simon, duc de Lotharingie

en 1123 Mathilde d’Albon de Viennois, fille de Guigues III, comte d’Albon,

dont il a

1°/ Humbert III, comte de Savoie (1136-1189)

2°/ Jean (prêtre)

3°/ Pierre (prêtre)

4°/ Elise (Adélaïde ou Elsa), dame de Châteauneuf en Valromey, de Virieu le Grand et de Cordon en Bugey, elle épouse en 1140  Humbert III de Beaujeu, fils de Guichard III de Beaujeu et de Lucienne de Rochefort, 1ère épouse de Louis VI le Gros, qui devient son oncle par son second mariage)

5°/ Mathilde (Mafalda en Portugais) née vers 1125, épouse en 1146 Alphonse I Henriquez, 1er roi de Portugal après l’indépendance arrachée au royaume de Castille, morte à Coimbra en 1157.

6°/ Marguerite, fondatrice de l’abbaye de Bond

7°/ Juliane, abbesse de l’abbaye de Saint-André le Haut à Vienne (Isère)

8°/ Agnès, épouse en 1175 Guillaume I comte de Genevois, elle meurt en 1195 et son mari  épouse en secondes noces, Beatrix de Faucigny.

9°/ Guillaume

10°/ Isabelle

Il subit la tutelle de sa mère puis l’hostilité du roi Louis VI et surtout celle du dauphin Guigue d’Albon, ce qui l’amène à fortifier solidement le château de Montmélian, où le dauphin meurt en faisant le siège en 1142.

Il est titré comte du Saint Empire en 1111, vicaire perpétuel et  vice-roi d’Arles, abbé séculier de Saint-Maurice d’Agaune (en Valais) jusqu’en 1116, il récupère le comté de Turin que son père avait perdu et dont il surveille l’approche en fortifiant le château d’Aveillane

Il fonde en 1125 l’abbaye de Hautecombe et en 1140 l’abbaye de Chezery (Ain), enfin il restaure l’abbaye d’Agaune et se rend célèbre par ses liens avec tout le réseau monastique qui se fonde à l’époque (Abondance, Bellevaux, Arvières, Saiint-Sulpice)

Il reste en bonnes relations avec la papauté (n’est-il pas le neveu du pape Calixte II ?), ce qui ne l’empêche pas de renforcer ses liens avec la France (sa sœur épousant en 1115 le roi Louis VI)

Il meurt en 1149 à Nicosie (Chypre) durant la seconde croisade prêchée par Saint Bernard de Clairvaux  et organisée par son neveu le roi de France Louis VII  

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

Retour au sommaire du dossier