La maison de Savoie
Auteur : André PALLUEL-GUILLARD - Niveau de lecture : Documents

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

PHILIPPE I

né à Aiguebelle en 1207 (1210 ?), fils de Thomas I et de Béatrice de Genevois

D’abord archevêque (élu c’est à dire non prêtre) de Lyon puis (13°) comte à la mort de son frère Pierre II en 1268 au détriment de sa nièce Beatrix, soutenue par le comte et l’évêque de Genève, par les Gessiens et Rodolphe de Habsbourg, contre lesquels il peut néanmoins invoquer l’aide de ses neveux Louis IX de France et Edouard Plantagenet.

Il épouse Alix de Bourgogne, ce qui lui permet de porter le titre de Comte de Bourgogne (l‘actuelle Franche-Comté) et de s’intéresser de plus en plus aux pays de la Saône, néanmoins le Comté revint à un fils du premier mariage d’ Alix. 

Il réside beaucoup à Saint-Georges d’Espéranche en Viennois et construit le château voisin de Septème.

Il se rapproche du pape Gégoire  X qui lui attribue le titre de «Gonfalonier de la Sainte Eglise»

Il doit sans cesse combattre en Suisse, en Faucigny et en Piémont  (il ramène  Turin à l’obéissance en  réduisant Guillaume VII de Montferrat)

mort à Roussillon-en-Bugey (ou à la Rochette)  en 1285, inhumé à Hautecombe et remplacé sur le trône par son neveu Amédée V, qu’il avait lui-même choisi comme héritier au détriment de son frère aîné Thomas.

 

Bibliographie :

REVEL (E.)  : Philippe I, comte de Savoie et palatin de Bourgogne, Chambéry, 1927.

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

Retour au sommaire du dossier