La maison de Savoie
Auteur : André PALLUEL-GUILLARD - Niveau de lecture : Documents

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

AMEDEE V

né au Bourget du Lac en 1249 de Thomas II comte de Flandre et  Seigneur de Piémont et de Béatrice Fieschi  

successeur en 1263 de son oncle Philippe I, (qui l’avait préféré à son frère aîné Thomas), 14e comte

il a comme frère Thomas dit Tommasino (seigneur du Piémont et fondateur de la branche des Savoie-Achaïe) et Louis Ier seigneur de Vaud (l’origine de la branche apanagée des Savoie-Vaud)

Il épouse

1°/ en 1272, Sibille de Bagé (qui lui apporte en dot la Bresse  qu’il donnera à son fils Aymon en apanage)

2°/ en 1297, Maria de Brabant

3°/ Alice de Viennois

dont il a

1°/ Edouard (1284-1329), 15e comte de Savoie épouse de Blanche de bourgogne

2°/ Aimon, (1291-1343), 16e comte de Savoie, épouse de Yolande de Montferrat

3°/ Marguerite (décédée en 1359), épouse de Jean I de Montferrat

4°/ Eléonore, épouse de Guillaume de Chalon, comte d’Auxerre

5°/ Agnès, (décédée en 1322) épouse de Guillaume III de Genève

6°/ Bonne, épouse de Hugues de Châlon

7°/ Maria, née en 1298, épouse de Hugues de Faucigny

8°/ Catherine épouse en 1315 de Léopold d’Autriche, décédée en 1326

9°/ Jeanne, épouse en  1325 d’Andronic Paléologue, empereur d’orient

10°/ Béatrice, épouse en 1328 Henri de Carinthie.

Il doit s’imposer à son neveu Philippe (fils de Thomas de Flandre) et à son frère Louis en  laissant le Piémont au premier et le pays de Vaud au second.

Il passe une bonne partie de son règne à combattre le Dauphin du Viennois, le comte et l’évêque de Genève (réussissant à s’emparer du château de l’Isle), le marquis de Montferrat (qu’il capture) et celui de Saluces (qu’il force à lui rendre hommage).

Dans la grande lutte franco-anglaise, il commence d’abord à appuyer Edouard I Plantagenet  mais dès 1305 il donne sa faveur à Philippe Le Bel (achetant même le château de Gentilly pour bien marquer sa préférence), d’autant plus utile contre les Habsbourg et auquel il  reconnaît l’influence puis l’acquisition de Lyon, qui échappe ainsi définitivement  aux Savoie

En 1307, il promulgue la loi salique pour les Etats de Savoie

En 1295, il achète le château de Chambéry qui devient rapidement la principale résidence comtale et où il reçoit, en 1307, l’empereur Henri VII de Luxembourg, qu’il accompagne d’ailleurs à Rome pour le réconcilier avec le pape, ce qui lui vaut de recevoir Asti et Ivrée. Il s’entend aussi avec les Visconti de Milan, avec les Paléologue de Byzance et  avec les Anjou de Naples.

Il meurt en  1325 à Avignon (où il préparait une nouvelle croisade avec le pape Jean XXII), son fils Edouard lui succède

 

Bibliographie

COLOMBO (A.)  :  «Amedeo V e il suo vicario in Lombardia» in Miscellanea Manno, Turin, 1913

 

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

Retour au sommaire du dossier