La maison de Savoie
Auteur : André PALLUEL-GUILLARD - Niveau de lecture : Documents

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

AMEDEE VII « le Comte Rouge »

Né à Avigliana  en 1360 d’Amédée VI, le Comte Vert et de Bonne de Bourbon

Il succède à son père en 1383, 18e comte.

Il épouse Bonne de Berry, petite-fille de Jean le Bon, roi de France et nièce de Charles V, dite «Madame la Jeune», éclipsée en fait par sa belle mère qui s’arrange bien pour ne pas partager le pouvoir avec qui que ce soit.

dont il a

1°/ Amédée VIII (1383- 1451), 19e comte, 1er duc de Savoie, époux de Marie de Bourgogne

2°/ Bonne (1388-1432) épouse de Louis de Savoie-Achaïe, prince d’Achaïe et dernier seigneur de Piémont, arrière-petit-fils de Thomas de Savoie dit Tommasino, lui-même fils de Thomas de Flandre et frère d’Amédée V.

3°/ Jeanne (1392-1460) épouse de Jean-Jacques Paléologue de Montferrat

plus deux enfants illégitimes  :

Humbert (décédé en 1443), comte de Romont

Jeannette, épouse en 1405 André de Clarens. 

Il laisse tout d’abord le pouvoir à sa mère qui, même une fois officiellement écartée n’en garde pas moins son influence.

Il se fait d’abord connaître par son amour des fêtes et des tournois (d’où la célébrité de ses armes dont la couleur rouge est à l’origine de son diminutif)

Contre les manœuvres des Milanais, il doit réprimer la révolte dite des Tuchins en Piémont et  défendre l’évèque de Sion qui lui est favorable

Il reste fidèle au roi de France et l’aide contre les Anglais dans une nouvelle expédition en Flandre en 1386, ce qui lui permet en 1388-1391, de recevoir en prix de son alliance avec les Anjou, les comtés de Nice et de Vintimille (Encerclé le marquis de Saluces va se rapprocher du Dauphin)

il meurt en 1391 à Ripaille d’un accident de cheval, inhumé à Hautecombe.

 

Bibliographie  essentielle

COGNASSSO (F.)  : Il conte Rosso. Turin, 1931.

CARBONELLI (G.).  : Gli ultimi giorni del conte Rosso. Turin, 1912.

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

Retour au sommaire du dossier