La maison de Savoie
Auteur : André PALLUEL-GUILLARD - Niveau de lecture : Documents

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

PHILIBERT I «le chasseur » 

Né à Chambéry en 1465 d’Amédée IX et de Yolande de France

Successeur de son père en 1472, 4e duc

Sous l’influence de sa mère qui a reçu la régence,   il épouse en 1474 sa cousine Bianca-Maria Sforza, fille de Galeazzo Sforza de Milan et de Bonne de Savoie, qui se remariera en 1494 avec Maximilien Ier d’Autriche, le futur empereur (1459-1519)

La duchesse régente hésitait entre l’alliance traditionnelle des Savoie avec des confédérés helvétiques  et un fructueux accord  avec la puissance bourguignonne montante, elle pencha vers cette dernière (d’autant que la Savoie pouvait tout craindre d’une entente entre Charles Le Téméraire et Galeazzo Sforza de Milan) d’où l’essai de Louis XI de la renverser et de la faire remplacer par son beau frère Philippe de Bresse, d’où un conflit où les Suisses furent vainqueurs aussi bien contre la duchesse en s’emparant du Valais et du pays de Vaud que contre les Bourguignons battus à Grandson et à Vaud, désastre qui entraîna la rupture entre s deux alliés et la capture de la duchesse par le Téméraire (elle s’en échappe quelque mois après et n’en meurt pas moins rapidement en 1478)

Le duché est sauvé par Louis XI mais si les Savoyards peuvent récupérer le pays de Vaud, ils n’en ont pas moins irrévocablement perdu le Valais et leur prééminence dans le plateau suisse et l’entourage du jeune duc s’entredéchire pour accaparer le pouvoir jusqu’à ce que Philippe sans terre s’impose comme seul «protecteur» de son neveu qu’il emmène à Lyon où ce dernier meurt rapidement en 1482 (empoisonné ?). Comme il n’avait pas d’héritier, son successeur ne peut être que son jeune frère Charles.

On laissa ses entrailles aux Célestins avant de ramener  son corps à Hautecombe

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

Retour au sommaire du dossier