La maison de Savoie
Auteur : André PALLUEL-GUILLARD - Niveau de lecture : Documents

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

PHILIPPE II «sans terre»

Né à Chambéry en 1443 (1438)  de Louis 2e duc et d’Anne de Lusignan,

Comte de Bresse, il succède en 1496 à Charles-Jean-Amédée  son arrière petit neveu,   7e duc

Il épouse

1°/ en 1472 Marguerite de Bourbon (1438-1483)

2°/ en 1485 Claudine  de Brosse et de Bretagne, fille d’un chambellan de Charles VII, de la Maison de Penthièvre 

dont il a

1°/ un garçon mort né en 1475

2°/ Louise, (1476-1531)  qui épouse en 1488 Charles de Valois-Angoulème, dont elle a François I°, roi de France, pour lequel elle exerce la régence en 1515 puis en 1523-1525.

3°/ Guillaume, décédé en 1478

4°/ Jérôme mort peu de temps après sa naissance en 1478

5°/ Philibert  II, (1480-1504) 8e duc

6°/ Charles III, (1486-1553) 9e duc

7°/ Pierre-Louis, (1488-1502) prévôt du Grand-Saint-Bernard

8°/ Philiberte, (morte en 1524) épouse de Julien de Médicis, son corps fut retrouvé intact un siècle après sa mort.

9°/ Philippe (1490-1533), prévôt du Grand-Saint-Bernard, évêque de Genève, baron de Faucigny et de Beaufort, marquis de Saluces, comte apanagé de Genevois, passa au service de Louis XII, de Charles Quint et de François I° qui le fit duc de Nemours, époux de Charlotte d’Orléans-Longueville, à l’origine de la famille des Savoie-Genevois-Nemours

et parmi huit enfants illégitimes, il a

René (Renato), «grand bâtard de Savoie» (1488-1525), gouverneur de la Savoie puis de Nice, amiral de France, gouverneur de Provence qui  épouse Anna Lascaris, comtesse de Tende et seigneur de Vintimille.

«il s’était révolté contre son père, il avait tué ou fait tuer des amants de sa mère, le belle Anne de Chypre, il s’était insurgé contre Louis XI, qui l’avait emprisonné avant de devenir son ami, et sans cesse et partout, il avait livré maintes batailles pour la Savoie, parce que selon la juste remarque »e de Gabriel Pérouse : «Cette Savoie, personne ne l’a plus aimée que le passionné Philippe..  » (Henry Planche  : Vieux Chambéry, 2, 1969)

Philippe résida en Bresse ( Pont d’Ain) conspirant sans cesse contre sa belle-sœur Yolande de France et alternant ses intrigues pour ou contre l’influence de Louis XI, arrivant néanmoins trop tardivement et trop brièvement sur le trône ducal pour s’imposer aux nobles de plus en plus turbulents et surtout pour sortir du dilemme de la soumission aux volontés italiennes du roi de France Charles VIII ou de lui résister en s’alliant avec le Milanais, Venise et l’empereur.

Dernier duc à vouloir rester fidèle à Chambéry, il décide de quitter Turin en 1497 pour venir mourir en Savoie et il s’éteint en arrivant dans la vieille capitale à Chambéry (son corps fut inhumé à Hautecombe et son cœur installé à Lémenc)

 

Bibliographie :

DAVISO DI CHARVENSOD (M.C.)  : Filippo II il Senza Terra. Turin, 1941.

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

Retour au sommaire du dossier