La maison de Savoie
Auteur : André PALLUEL-GUILLARD - Niveau de lecture : Documents

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

VICTOR-EMMANUEL I

Né à Turin en 1759 de Victor-Amédée III et de Marie-Antoinette d’Espagne.

Duc d’Aoste, successeur en 1802  de son frère Charles-Emmanuel IV, 5e roi de Sardaigne

Il épouse à Novare en 1789 Marie-Thérèse d’Este-Habsbourg, (1773-1832) fille de Ferdinand de Habsbourg fils de l’impératrice Marie-Thérèse et de François de Lorraine, et de Marie-Béatrice d’Este.

1°/ Marie-Béatrice (1792-1822), épouse de son oncle François IV de Modène (1779-1846)

2°/ Marie-Adélaïde (1794-1795)

3°/ Charles-Emmanuel, (1797-1799).

4°/ N… (princesse)  (1800-1801)

5°/ Marie-Thérèse (1803- 1879), épouse de Charles-Louis, duc de Lucques (1799-1883)

6°/ Marie-Anne, (1803-1884) épouse de Ferdinand Ier, empereur d’Autriche (1795-1875) oncle de François-Joseph son successeur en 1848

7°/ Marie-Christine(1812-1836) épouse de Ferdinand II de Naples (1810-1859), elle est déclarée Vénérable par l’Eglise en 1837.

Il participe activement à l’offensive sarde de 1793 en Savoie

il se réfugie en 1799 en Sardaigne avec toute la famille royale, mais il ne s’y établit définitivement qu’en 1806, il en revient en 1814 et essaie alors de restaurer intégralement et non sans ridicule l‘Ancien Régime (d’où son  surnom de «roi des Marmottes»  pour s’être vanté d’avoir dormi depuis 1792).

Il va resté attaché à un programme réactionnaire et à un régime très personnel sous l’inspiration de son épouse qui obtient la démission en 1817 du ministre Vallaise qui entendait revenir à un gouvernement plus collectif. En fait il va osciller entre les différents clans de la cour tout en opposant une volonté manifeste de résistance à l’influence autrichienne aussi bien à l’intérieur du royaume  qu’en Italie.

Il abdique en 1821 pour ne pas accorder une constitution aux officiers et aux étudiants libéraux d’Alexandrie et de Turin. Il laisse alors le trône à son frère, le duc de Genevois,   Charles-Félix. Il s’exile un temps et revient en Piémont en 1822 pour y mourir deux ans plus tard (inhumé à la Superga)

 

Bibliographie :

SEGRE (A.)  : Vittorio Emmanuele I°, Turin, 1928.

Page suivanteRetour au sommairePage précédente

Retour au sommaire du dossier