La moyenne Maurienne
Auteur : Pierre DOMPNIER - Niveau de lecture : Tous publics

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

D’UNE GUERRE A L’AUTRE

Trois événements ont pour cadre le coeur de la vallée, durant la Première Guerre mondiale. C’est d’abord, à Saint: Michel-de-Maurienne, la rencontre entre le général Joffre, commandant en chef des armées françaises, et le général italien Cadonia, le 7 novembre 1916.


Rencontre des généraux Joffre et Cadorna à St-Michel-de-Maurienne le 7 novembre 1916

C’est ensuite, le 19 avril 1917, une conférence internationale qui réunit, en gare de Saint-Jean-de-Maurienne, les chefs de gouvernement français, anglais et italien. II s’agit de discuter d’un projet de paix séparée avec l’Autriche, mais la délégation italienne en profite pour visiter le tombeau des premiers princes de la Maison de Savoie, tandis que Lloyd George contemple cette vallée " où est passé Hannibal ". En fait, les propositions autrichiennes sont à peine évoquées et la conférence n’aboutit pas à grand chose: On a surtout débattu du partage des zones d’influence en Asie Mineure et on a failli se fâcher !


La catastrophe ferroviaire de St-Michel-de-Maurienne le 12 décembre 1917.

Le troisième événement est une terrible catastrophe ferroviaire survenue au soir du 12 décembre 1917. Un train de permissionnaires, surchargé, déraille en amont de Saint-Michel-de-Maurienne. Le bilan officiel sera de 427 victimes, mais certains journaux de l’époque, notamment la presse suisse, l’évaluent à près de mille. Durant la Seconde Guerre mondiale, la moyenne Maurienne échappe à l’occupation jusqu’au 11 novembre 1942. Après le débarquement allié en Afrique du Nord et l’invasion par les Allemands de la zone libre, elle subit une occupation italienne, puis, après la chute du Duce, l’occupation allemande. Le qualificatif de "vallée martyre" est hélas bien justifié. En 1943 déjà, Modane doit à son rôle essentiel dans le trafic vers l’Italie, d’être bombardée par l’aviation alliée. Le 16 septembre, 300 avions larguent leurs bombes de 1 h05 à 2h15 du matin, faisant une .soixantaine de morts, 150 blessés, détruisant en grande partie Modane-Ville, mais laissant la gare intacte. Le 11 novembre, un second raid parvient à ses fins, mais fait encore 7 morts et une dizaine de blessés et ne laisse pas grand dose de l’agglomération. Les représailles, les combats pour la libération de la vallée, la "bataille de Maurienne" du 28 août au 14 septembre 1944 laissent bien des traces : otages fusillés, résistants torturés, maisons incendiées. Hermillon est presque entièrement détruit, et aussi Le Bochet, Villargondran, Villarclément...

Page 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18