Du rapprochement au rattachement
Thème précédent
Retour au sommaire des thèmes
Thème suivant

Voir les documentsLe traité de Zurich n’apporte pas d’issue satisfaisante à la Savoie, qui continue d’hésiter entre l’empire français et la monarchie sarde.

Le sud du duché, qui englobe Chambéry, Albertville, les vallées de Maurienne et de Tarentaise, Annecy et le sud Genevois reste par tradition proche de la France, terre d’accueil des émigrés et destination privilégiée des échanges commerciaux. Le nord, Chablais, Faucigny et nord Genevois est plus favorable à la Suisse, où il bénéficie des franchises douanières héritées de 1815.

Sur le terrain politique, plusieurs camps s’affrontent. L’armée et les familles nobles - telle que Costa de Beauregard - sont partisanes de la fidélité à la Maison de Savoie. Les libéraux, peu nombreux mais très hostiles au régime impérial conservateur, sont davantage attirés par le libéralisme piémontais ou à défaut par un rapprochement avec la Suisse.

Le parti pro-français, qui regroupe les conservateurs, domine largement l’opinion : la petite et moyenne noblesse est très active, témoins Amédée Greyfié de Bellecombe ou Frédéric d’Alexandry d’Orengiani. Hommes de lois et bourgeois semblent séduits par le dynamisme économique de l’Empire. Le clergé, très influent, est résolument hostile au gouvernement de Turin parce qu’il remet en cause les privilèges de l’Eglise (lois Siccardi et Rattazzi).

Le retour au pouvoir de Cavour en janvier 1860 infléchit l’opinion et permet aux partisans pro-français de triompher.

01a-ad74_1fi_1154_s_0010_bis.jpg

Portrait du marquis Léon Costa de Beauregard, député de la Savoie au parlement sarde, photographie.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 1Fi 1154 S.


01b-courrier006.jpg

Déclaration du marquis Léon Costa de Beauregard, non favorable au projet d'annexion, publiée dans « Le Courrier des Alpes », le 2 février 1860.

"[…] Je connais la situation de mon pays et ses trop justes griefs ; aussi, tant que je conserverai le mandat de député, je défendrai ses intérêts avec dévouement et constance dans la faible mesure de mes forces. Mais je resterai fidèle, avant et malgré tout, au drapeau de la légitimité, à mes affections dynamiques, aux traditions héréditaires que j'ai recueilli dans ma famille.
Chambéry, 11 août 1859."

Conseil général de la Savoie, Archives départementales, 7PER 16.


02-ad74_1fi_1154_s_0012.jpg

Portrait du comte Greyfié de Bellecombe, président de la députation reçue par Napoléon III en mars 1860, photographie.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 1Fi 1154 S.


03-bmc_sav-b21203_0001.jpg

F. de Mareschal, "L'Annexion de la Savoie à la France, le grand artisan du rattachement, un noble savoyard, Greyfié de Bellecombe", Grenoble, 1957.

Note : Cet ouvrage rend hommage à l'implication du comte Greyfié de Bellecombe, dans le projet de l'annexion.

Collection bibliothèque municipale de Chambéry, SAV-B21203.


04-bmc_est_b-135_0001.jpg

Portrait de Monseigneur Alexis Billiet, archevêque de Chambéry depuis 1840, estampe.

"Archevêque de Chambéry, Chevalier Grand'croix de l'Ordre des SS Maurice et Lazare, décoré du Grand cordon."

Collection Bibliothèque municipale de Chambéry, EST B-135.


05-ad74_24j_565_008.jpg

Victor-Emmanuel et son fils Humbert. Gravure parue dans « L'Illustration », le 21 mai 1859.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 24J 565.


06-ad74_24j_565_007.jpg

Saint-Jean de Maurienne en 1859. Gravure parue dans « L'Illustration », le 21 mai 1859.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 24J 565.


07-2-courrier001-002_copie.jpg

Evolution du titre du « Courrier des Alpes » entre 1858 et 1859.

Note : A partir de décembre 1859 et après quatre mois de suspension, le journal prend des distances avec la monarchie sarde.

Conseil général de la Savoie, Archives départementales, 7PER 14-15.


08-courrier004.jpg

Document précisant les grands axes politiques défendus par les députés de la Savoie, réunis à Annecy le 29 juillet 1859. « Le Courrier des Alpes », le 30 juillet 1859.

Note : Ils souhaitent notamment obtenir une décentralisation administrative.

"[…] Les députés savoisiens ont convenu : que tant que durera le mandat dont ils sont investis, ils exposeront au gouvernement les besoins spéciaux qui dérivent de la situation géographique et exceptionnel de la Savoie, de son épuisement, du sentiment de son autonomie […]"

Conseil général de la Savoie, Archives départementales, 7PER 15.


09-alexandry_b_de_savoie_d_est_a_80.jpg

Portrait de Frédéric Alexandry d'Orengiani, l'un des animateurs du comité central annexionniste de Chambéry. Gravure non datée.

Collection bibliothèque municipale de Chambéry.


10-ad74_24j_568_005.jpg

Portrait du comte Walewski, ministre des affaires étrangères françaises. Gravure parue dans « L'Illustration », le 7 avril 1860, d'après une photographie de Mayer et Pierson.

Note : Son opposition à Napoléon III sur la question italienne l'obligea à démissionner en janvier 1860.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 24J 568.


11-ad74_24j_567_0016.jpg

Lecture publique de la réponse de l'Empereur à la députation savoisienne, dans un café à Chambéry. Gravure parue dans « L'Illustration », le 7 avril 1860, d'après un dessin de Ferat.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 24J 567.


12-ads-1fi-807.jpg

Projet de réunion à la Suisse du Chablais et du Faucigny en deux nouveaux cantons par F. Bordier. Carte, Genève, 1863.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 1Fi 807.


13-courrier005.jpg

Déclaration particulière des habitants du Faucigny opposés au démembrement de la Savoie, « Le Courrier des Alpes », le 1er mars 1860.

Conseil général de la Savoie, Archives départementales, 7PER 16.


14-ad74_24j_567_004.jpg

Habitants de Thonon enlevant les drapeaux suisses au lendemain du traité de Turin. Gravure parue dans « L'Illustration », le 4 avril 1860.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 24J 567.


15-ad74_24j_567_005-1.jpg

Arrivée des Suisses, embarqués sur le vapeur l'Aigle, à Thonon le 30 mars 1860. Gravure parue dans « L'Illustration », le 14 avril 1860.

Note : Veine tentatvie d'une bande de Genevois pour soulever la population savoyarde de Thonon et Evian.

Conseil général de la Haute-Savoie, Archives départementales, 24J 567.


1860, la Savoie de l'Annexion - Archives départementales de la Savoie - www.savoie-archives.fr - © 2009-2010