1939-1945

"Vogliamo la Savoia"

La Savoie des Ombres
Les Savoyards
Vichy
L'occupant
Thème précédent
Retour au sommaire des thèmes
Thème suivant

En novembre 1942, les Allemands envahissent la France libre en représailles au débarquement allié en Afrique du Nord. Les Italiens se précipitent alors sur la totalité de la Savoie.

Arrivée en Tarentaise des troupes italiennes d'occupation.Commencent ainsi plusieurs mois de relations ambiguës avec un occupant débraillé, plus arrogant qu'agressif, commandé par des officiers peu convaincus par les thèses fascistes et qui ne souhaitent pas vraiment la guerre.

Les soldats deviennent vite la cible de railleries et de moqueries, voire d'agressions physiques. Même si quelques-uns n'hésitent pas à persécuter la population, les représailles restent globalement peu violentes.

Les Italiens n'ont pas le temps de durcir leur attitude, y compris contre la Résistance qui commence, en 1943, à multiplier les actions de sabotage. Le 3 septembre, après la chute de Mussolini, l'Italie signe l'Armistice avec les Anglais et les Américains.

Les soldats vont alors fuir en désordre, pourchassés par les Allemands. Comme on pouvait s'y attendre, la population leur viendra en aide dans le franchissement des cols alpins, n'hésitant pas à offrir un café à des hommes désemparés.

Les rancoeurs seront malgré tout tenaces : l'armée régulière française en 1944 viendra peu à l'aide des mouvements de résistance italiens (en particulier valdotains). Quant au gouvernement du général de Gaulle, il essaiera, malgré l'opposition américaine, d'annexer le Val d'Aoste, le Val de Suze et Sestrière en représailles.

01-01-Dupouy.jpg

Arrivée des troupes italiennes d'occupation en Tarentaise.

1942

Collection André Dupouy


01-02-Dupouy_3.jpg

"Alpini" devant la Dent Parachée en Maurienne.

1940

Collection André Dupouy


02-02-Dupouy_1.jpg

Groupe d'"Alpini" coiffés du traditionnel chapeau à plume.

Sans date

Collection Dupouy


02-02-OC_1.jpg

Interception de correspondance. "Relations avec des Officiers de l'armée d'occupation".

25/02/1943

Archives départementales de la Savoie
1382W 178

"Pourquoi papa est-il peiné de me voir familière avec eux (officiers italiens). Je te jure que ce sont des hommes comme nous et au point de vue national, de bien plus pauvres hommes que nous, parcequ'ils n'ont pas un grand chef comme nous Français, de pauvres types qui en ont marre de porter cette tenue, loin de chez eux, pendant que leurs familles se font massacrer. Il faut parler avec eux pour se rendre compte de leurs peines."


02-03-1382w7israelites.jpg

Rapport mensuel du préfet, extrait : recommandation italienne face à la politique répressive anti juive.

Mai 1943

Archives départementales de la Savoie
1382W 17

"L'Autorité italienne supérieure demande la révocation des arrestations et des internement des juifs se trouvant actuellement dans la zone d'occupation italienne."


03-01-OC_2.jpg

Interception de correspondance : germanophilie excessive.

05/08/1943

Archives départementales de la Savoie
1382W 179

"Nous sommes habitués maintenant avec les Italiens, très sympathiques aussi, mais très frivoles..."


04-01-OC_4.jpg

Interception de correspondance. "Une habitante de l'ex-zone occupée de Savoie regrette l'occupation italienne".

06/11/1943

Archives départementales de la Savoie
1382W 180

"La liberté que l'on prétendait nous rendre ne vaut vraiment pas la tranquilité primitive. La "Provida" nous manque hélas ! et tous ses avantages. Les boucheries assez bien garnies sont maintenant vides. Tout s'achemine je ne sais où. Aussi tout le monde regrette ce qui était et qui aurait pu durer jusqu'à la fin de cette impasse."


05-01-OC_5.jpg

Interception de correspondance : sort des militaires italiens à Chambéry.

02/10/1943

Archives départementales de la Savoie
1382W 180

"[...] Les militaires italiens de Chambéry n'ont pas pu évacuer la ville à leur gré. Un grand nombre de soldats et officiers ont été arrêtés et désarmés et sont traités comme des prisonniers de guerre. Les soldats ne peuvent sortir des locaux où ils sont enfermés, et les officiers seuls ont le droit, chaque jour, de sortir en ville pendant quelques minutes, mais désarmés et accompagnés par un soldat allemand en armes qui ne les lâche pas d'une semelle.

Ces pauvres diables font piètre figure, d'autant plus que c'est la population qui, leur rendant la monnaie de la pièce, se montre goguenarde.

Pauvre Roi-Empereur, s'il voyait ses soldats, il en pleurerait, et le Duce aussi.

Les soldats italiens désarmés font maintenant sous la surveillance des soldats allemands des corvées au profit de la collectivité, balayage des rues, nettoyage etc."


06-01-Lanslevillard-2.jpg

"Pieta le morta" : La pitié est morte, inscription sur une maison de Lanslevillard ou de Bessans.

1944

Archives départementales de la Savoie
2Fi 3372


07-01-Oit_1.jpg

Comité italien de libération nationale de Savoie.

1945

Archives départementales de la Savoie.
961W 2

"Le sousigné Comité Italien de Libération Nationale de Chambéry a été reconnu légal d'exercer sa juridiction sur toute la région (Savoie) par les Autorités Françaises locales de Savoie."


Archives départementales de la Savoie - www.savoie-archives.fr - © 2005-2009